LES BILLETS DE MARIE - Épisode 10

25/01/2017

Fin des représentations de George Dandin. C’est ici que s’arrête mon chemin avec le Collectif 8.

Les mots de Molière résonnent encore dans ma tête et je ne réalise pas que je vais quitter Madame de Sottenville et sa muselière noire. Au fil des représentations, des habitudes se sont installées entre les comédiens, comme elles s’installent dans une famille. Il m’était par exemple devenu naturel de corseter Gaële 30 minutes avant la représentation : un de nos rituels, un moment de partage et de confidence.

 

Si cette expérience au plateau a été d’une intensité artistique rare, elle fut aussi une aventure humaine palpitante. Les rencontres ont d’ailleurs été nombreuses.

 

Tout d’abord, celles avec le public, scolaire notamment. La spontanéité et la nécessaire subjectivité de chacun rendaient ces échanges captivants, riches d’interprétations et de points de vue toujours différents.

 

Ensuite, une nouvelle rencontre avec Molière. J’ai pris conscience de la difficulté du texte et de sa densité, mais aussi de toutes les subtilités qui l’animent. Le travail du C8 sur la compréhension et l’explication de l’œuvre l’ont rendue à la fois profonde, accessible et plaisante. De jour en jour, ces paroles se sont ancrées dans mon esprit, créant une mélodie que j’ai écoutée plus d’une quinzaine de fois depuis les coulisses, allant jusqu’à me faire relever le moindre changement d’intention de jeu ou de respiration.

 

De plus, la rencontre avec la Madame de Sottenville – que j’ai eu la chance d’interpréter – a été très personnelle : une gestuelle précise et préparée pour un personnage dont je ressentais les intentions. Je me suis parfois même surprise à vouloir les exprimer oralement.

 

Enfin et en fait, Dandin fut pour moi la rencontre avec l’humain.

 

Ces humains, qui se sont soutenus mutuellement, qui ont travaillé d’arrache-pied pour permettre à un spectacle de  prendre vie. Transmettre un message puissant tout en procurant du plaisir au spectateur, n’est-ce pas là l’essence même du théâtre ?

Ces humains qui ont fait que ce soit une joie de se retrouver et de travailler ensemble. Tous les jours, c’est donc avec fierté que j’ai retrouvé Gaële, Paulo, Benoît, Paul, Samuel, Samuèle, Mélissa, Joy et Vanessa et me suis enrichie.

 

C’est le cœur rempli de gratitude, d’émotions multiples et la tête enrichie de souvenirs et d’expérience que je tire ma révérence au Collectif 8. MARIE GAGLIOLO

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À L'AFFICHE

Nouvelle recrue en communication !

30/10/2019

1/6
Please reload

POSTS RÉCENTS
Please reload